Maison passive | Énergie finale et énergie primaire

Énergie finale et énergie primaire

by - 29 septembre 2007 

Eoliennes

L’énergie primaire, c’est l’énergie brute, c’est-à-dire non-transformée après extraction de la houille, de la lignite, du pétrole brut, du gaz naturel ou encore de l’électricité primaire qui peut être d’origine nucléaire, hydraulique, éolienne, photovoltaïque. Quant à l’énergie secondaire, il s’agit de celle requise pour le stockage et le transport de la matière considérée.

L’énergie finale est celle qui est livrée au consommateur pour sa consommation: essence à la pompe, électricité à la prise.

ZI Waldmoessingen

ZI du village de Waldmössingen en forêt noire – Crédit photo : Pascal Billery-Schneider

Pour passer de l’énergie primaire, pas toujours directement utilisable, à l’énergie finale, il faut souvent recourir à un processus de transformation ou de conversion : raffinage du pétrole pour avoir de l’essence ou du gazole ; combustion du charbon pour produire de l’électricité dans une centrale thermique. Entre les deux notions s’applique un coefficient de conversion par lequel on multiplie l’énergie finale pour obtenir l’énergie primaire. Quant à la différence entre l’énergie primaire et l’énergie finale, il s’agit des pertes de conversion.

Cela dit, les coefficients de conversion varient d’un pays à l’autre en fonctions des pertes estimées des systèmes respectifs. Pour le bois, le processus de transformation (coupe) s’avère peu consommateur d’énergie. Ce qui importe plutôt, c’est son énergie secondaire, c’est-à-dire celle nécessaire à son stockage ou à son transport, qui varie en fonction de la proximité des approvisionnements.

Tableau comparatif des facteurs de conversion
France (Effinergie) / Allemagne (Passivhaus)

Facteurs de conversion Effinergie® Passivhaus PHPP
Fuel 1 1,1
Gaz naturel 1 1,1
Gaz liquéfié 1 1,1
Charbon 1 1,1
Bois 0,6 0,2
Électricité MIX 2,58 2,7
Photovoltaïque 0,7

Sources : JO n° 225 du 28/09/2006 texte numéro 10 JO n° 112 du 15/05/2007 texte numéro 35

Quel rapport avec la maison passive ? D’une part, il s’agit de mieux comprendre l’exigence du seuil limite, exprimé en énergie primaire, des 120 kWh/m².an requis pour les maisons passives. Celui-ci comprend les besoins en chauffage, refroidissement, eau chaude sanitaire, ventilation et électricité auxiliaire, éclairage, mais aussi les besoins des appareils électro-ménager.

D’autre part, l’intérêt de la distinction réside en ce que l’on ne peut pas comparer honnêtement, sous forme de graphiques exprimés en énergie primaire, ces deux labels. Sur ce point, Effinergie®, le label basse consommation « à la française », pourtant moins performant, me semble faire preuve dans ses documents graphiques d’une délicieuse sophistique proche du dénigrement.

Réagir sur le forum

© Une maison passive à Nice - Actualités maisons passives, projet de maison passive à Nice